Étude comparée des rituels profanes de la ‘reine de la fête’. Redéfinitions des identités collectives et des rapports de genre dans le Chili central et le nord minier, XXe siècle-temps présent

Théo MILIN, Étude comparée des rituels profanes de la ‘reine de la fête’. Redéfinitions des identités collectives et des rapports de genre dans le Chili central et le nord minier, XXe siècle-temps présent, thèse en cotutelle internationale sous la direction de Jimena Obregón (Université de Rennes 2) et Héctor Morales (Universidad de Chile) http://www.theses.fr/s217034

Le travail se base sur l’observation et l’analyse de deux cas d’élections de reines sur le territoire national chilien à partir de la seconde moitié du XXème siècle, à Toconao et Rapa Nui, au travers de l’application d’ethnographies, de méthodes qualitatives et d’un travail d’archives (hémérothèques et autres). L’objectif est d’interroger ces couronnements symboliques, réalisés au terme de festivités, sur les objectifs et les mécanismes qu’elles laissent entrevoir. Les rituels d’élections de reines au Chili dessine une trajectoire historique spécifique. Elle s’implantent comme des fêtes “civiles” chiliennes, et se transforme jusqu’à participer dans l’actualité de la revendication et l’affirmation d’identités ethniques et culturelles. Le processus électif basé sur une compétition laisse voir dans un même mouvement la représentation de l’identité du groupe face à un public en partie extérieur ; et par ailleurs certaines dynamiques sociales internes, à travers la constitution d’alliances et leur opposition pour faire couronner leurs candidates. Celles-ci, de par leurs profils souvent similaires mais aussi évolutifs, sont placées au centre de cet exercice de représentation. Elles assument alors un rôle préétabli mais qu’elles définissent en partie.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search